Ordo Fratrum Minorum Capuccinorum

Log in
updated 4:55 PM CET, Oct 30, 2020

Résumé des activités JPIC

Les Frères mineurs capucins comme gardiens de l’environnement en Amérique latine et dans les Caraïbes; rencontre d’animation JPIC à Santo Domingo, République dominicaine, du 5 au 12 juin 2016 

¡Miranda no se vende! ¡La Loma se defiende! Voilà le slogan avec lequel les frères capucins de l’Amérique latine ont protesté contre la destruction et la commercialisation de l’environnement. À la suite à l’alarmant recul de la forêt amazonienne et des autres forêts pluviales dans le monde, l’assemblée JPIC des capucins à Santo Domingo, République dominicaine, a décidé d’entreprendre des actions concrètes pour la défense et la protection de notre maison commune, notre mère et sœur la Terre. Représentant les trois Conférences latino-américaines (CCA, CCB et CONCM), 20 frères sont venus du Venezuela, du Pérou, de l’Argentine, du Mexique, de l’Équateur, du Guatemala, du Honduras - El Salvador, d’Haïti, du Brésil et, enfin, de la République dominicaine.

À la fin d’une semaine de travaux sur les valeurs JPIC, à la lumière de Laudato Sì, les frères sont d’avis d’entreprendre des actions concrètes pour Informer, Intégrer et Inspirer les frères de l’Amérique du Sud et des Caraïbes. En conséquence, les frères désirent cultiver une profonde spiritualité franciscano-capucine qui nous met sur la voie de la conversion écologique. Cela devrait être réalisé par la formation et la création d’une maison internationale capucine en Amazonie afin de se concentrer sur le problème écologique.

Clameur de la Terre, clameur du Pauvre : assemblée des frères capucins de la conférence Asie-Pacifique PACC, Pontianak, Indonésie, 24-31 juillet 2016,

« Clameur de la terre, clameur du pauvre ». Tel fut le thème d’une assemblée nationale de JPIC, Conférence capucine de l’Asie et du Pacifique, la PACC. Cela se passait à la maison Tirta Ria Retreata, Pontianak, et réunissait 20 participants des circonscriptions de l’Indonésie (Pontianak, Medan, Sibolga, Kepulauan Nias), des Philippines, de la Nouvelle-Zélande, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (et les îles Salomon), de la Corée du Sud et de la Malaisie (OFS). Étaient aussi présents des animateurs provenant des bureaux JPIC de Rome ainsi que de Franciscain International, Genève. Il y avait aussi une discrète présence policière à la rencontre. En effet, plus de 15 policiers des deux sexes surveillaient l’activité. L’objectif de la PACC pour cette rencontre était d’animer — informer, intégrer et inspirer les frères au sujet des valeurs de Justice, Paix et Intégrité de la Création (JPIC).   Un autre but de cette assemblée était de créer de plus fortes relations de solidarité et de collaboration entre les animateurs JPIC et de la PACC ainsi que de tisser un réseau régional ayant visée et mission commune.

Mus par le succès de cette assemblée et les liens fraternels grandissants ainsi que des collaborations qui en découlent, les délégués JPIC s’emploient à ce que l’apostolat et les institutions des différentes circonscriptions de la PACC soient peu à peu rendus plus forts et améliorés pour voir surgir de nouvelles formes d’expression de la solidarité avec les pauvres et la création. En espérant que cela suscite encore plus d’enthousiasme.   Il est certain que le grand nombre de membres des forces de l’ordre nous ont mis mal à l’aise au début, mais à la fin de la rencontre cela s’est révélé enrichissant pour tous les participants. La majorité d’entre eux étaient musulmans et ils ont appris beaucoup sur notre charisme capucin et en particulier sur notre sensibilité JPIC. En outre, les policiers et policières ont participé à différentes activités avec nous. Ensemble, nous avons visité des pauvres et planté des arbres. Il est donc juste de dire que le thème retenu, « clameur de la terre, clameur du pauvre » est devenu réalité tant pour les participants que pour ces policiers. 

« Un autre monde est nécessaire, ensemble il devient possible! » : la présence franciscaine au Forum Social Mondial de Montréal, Canada, 9-14 août 

Une foule d’environ 10 000 personnes a marché dans les rues de Montréal, Canada, pour souligner l’ouverture du Forum Social Mondial ayant pour thème : « un autre monde est nécessaire, ensemble il devient possible! ». La foule en délire chantait et agitait de nombreuses banderoles et drapeaux comportant divers sujets de discussion, allant de la défense du climat aux droits de la personne, en passant par la solidarité avec les migrants et bien d’autres. Des groupes provenant de partout dans le monde participaient à cette marche. Parmi ceux-ci, des autochtones, des ONG et des groupes de défense de l’environnement. Il était possible aussi de noter la présence d’une délégation franciscaine grâce aux habits, gris et bruns.

Créé en 2001 à Porto Alegre au Brésil, le FSM a été conçu comme un espace où convergent nombre de mouvements sociaux qui peuvent y tisser des liens de solidarité et développer des idéaux communs ainsi que des stratégies visant des changements dans la société.

La délégation franciscaine était petite à Montréal, mais visible. Elle réunissait des membres de tous les rameaux de l’arbre franciscain. Étaient présents des OFM, OFMCap, OFMConv, OFS, JFra, différentes communautés de sœurs, Franciscain International et Franciscan Action Network (FAN. Aux 14 délégations membres se sont ajoutés des franciscains locaux de Montréal, dont un grand nombre de capucins. La délégation, par l’entremise de FI, a présenté trois importants ateliers dont voici les thèmes : extrême pauvreté; extraction et commercialisation; les droits de la personne. 

Suivant les indications faites par les franciscains au Sommet Rio +20 au Brésil, la délégation a décidé de continuer à être activement présente dans les trois champs d’intervention suivants : changement de style de vie (témoignage personnel et collectif), industrie minière et extractive (qui extrait de grandes quantités de ressources naturelles, affectant les populations pauvres et l’environnement), et finalement l’alimentation durable et son importance (spécialement pour les moins nantis). 

Rappelons-nous que JPIC fait partie de notre ADN franciscain. La commission internationale JPIC encourage donc nos frères capucins du monde entier à se joindre aux autres franciscains afin de s’engager, avec les autres sociétés laïques, les groupes d’autres religions ainsi qu’avec les hommes et les femmes de bonne volonté, dans le dialogue touchant les trois points mentionnés plus haut. Cela avec l’objectif de favoriser une conscience accrue de ces enjeux ainsi que des actions de protestation et coordonnées.   Enfin, nous recommandons des activités tel le projet environnemental « maison arc-en-ciel » de Pontianak, la mission médicale des capucins aux Philippines, la Soup Kitchen de Détroit, et plusieurs autres. À la demande du Saint-Père dans l’Encyclique Laudato Sì, mettons-nous à l’écoute tant de la « clameur de la terre que de la clameur du pauvre » (LS 49).