Ordo Fratrum Minorum Capuccinorum

Log in
updated 10:14 PM CET, Nov 11, 2019

Une école franciscaine pour formateurs en Afrique

Lusaka (Zambie). L’école franciscaine de formation pour les formateurs en Afrique est un projet des quatre Familles Franciscaines. Le cours a été donné au collège Saint-Bonaventure de Lusaka, Zambie, du 27 mai au 10 juin dernier. L’idée d’avoir une formation commune pour les formateurs a émergé spontanément quand tous les secrétaires généraux de la formation des quatre familles se sont rencontrés en 2017 à Rome afin de réfléchir sur la mise sur pied de l’université franciscaine.  

Le collège Saint-Bonaventure. Ils étaient 53 formateurs des quatre familles franciscaines (conventuels, frères mineurs, capucins, troisième Ordre régulier) qui se sont retrouvés afin de se former à l’art du discernement et d’harmoniser leurs méthodes formatives. Les animateurs ont aidé les frères à se former pour devenir, avec passion, des personnes plus intégrées. Cet évènement a permis à tous de se connaître réciproquement et vivre l’expérience de la fraternité franciscaine.  

Au collège Saint-Bonaventure, les familles franciscaines forment ensemble les frères depuis 1992. Chaque étudiant dispose d’une chambre personnelle, simple, et participe aux activités communautaires habituelles. Ils se réunissent pour la prière, la messe, les œuvres sociales, les activités culturelles. Cela en plus des études que tous font au collège universitaire Saint-Bonaventure. Cet endroit se veut idéal pour expérimenter et apprécier la valeur de la formation commune.  

La formation de cette année a été dispensée en trois parties, chacune répartie sur deux semaines. Cette année, la première partie consistait en de la formation en anthropologie, en psychologie, théologique et franciscaine, en plus de la formation pratique. Chaque matin, deux entretiens étaient donnés, et en après-midi il y avait travail en atelier sur les conférences du jour ; les formateurs ont eu l’occasion de partager leurs expériences et de suggérer des voies pour parvenir à une formation spirituelle intégrale.  

Les sessions touchaient : les dimensions franciscaines de la formation, la spiritualité franciscaine, l’introspection, la maturité affective psychosexuelle, les perspectives des neurosciences, l’identification des questions plus importantes, la santé personnelle par l’activité physique et mentale, les rencontres de guérison des blessures dans un environnement affectif et spirituel sain, basées sur optimisme spirituel intégral.

Expérimenter différentes cultures

Les participants provenaient de plus de vingt pays d’Afrique afin de faire l’expérience de la richesse culturelle, de la diversité et de la communion de la fraternité franciscaine. Plus que la diversité des langues, ils ont appris le respect de l’autre dans son identité propre afin de parvenir à une approche positive, ouverte à chaque culture et ses trésors. Ce qui a permis l’unification de tous est la volonté franciscaine d’œuvrer au nom de Jésus.  

Une journée de prière et de contemplation

Le 3 juin nous était proposé comme journée de retraite afin de refaire nos forces par la prière et la réflexion. Frère Agustine Mwape, capucin, custode de la Zambie, a conduit notre réflexion sur l’amour de Dieu à notre égard, lui qui nous a choisis malgré nos limites, pour faire de nous ses instruments.  

Frère Armando, vicaire général des frères du TOR, a partagé sa réflexion sur la nécessité d’être spirituel et frère. « L’appel de Dieu nous remplit de stupeur quand nous découvrons le sens de la suite de Jésus dans la fraternité franciscaine. Peut-être que les frères mêmes de notre famille religieuse pourraient ne pas comprendre les raisons de notre être religieux, puis ils peuvent eux aussi être inspirés sur notre choix et notre mission ».   

Le lundi 4, après avoir vu ensemble la vidéo du cantique de frère soleil, nous nous sommes émus de voir comment dans le regard des frères qui ont regardé la vidéo se reflétaient la lumière et la passion même de François. Lumière et passion qui doivent s’allumer en tout premier lieu dans les formateurs eux-mêmes afin de se communiquer aux autres.

Frères Charles Alphonse et Jaime Rey OFMCap

Dernière modification le lundi, 27 août 2018 03:55