Ordo Fratrum Minorum Capuccinorum 2

Log in
updated 8:41 AM UTC, Dec 3, 2022
Fra Carlo Calloni

Fra Carlo Calloni

Giubileo della Misericordia - programma

3 Febbraio 2016.

Roma - San Lorenzo fuori le Mura
ore 15,00 circa: Liturgia di accoglienza delle reliquie presieduta da fr. Gianfranco Palmisani, Ministro provinciale dei Frati Minori Cappuccini della Provincia Romana;
ore 18,00: Celebrazione Eucaristica presieduta da S. Em. Card. Agostino Vallini, Vicario generale di Sua Santità per la diocesi di Roma;
ore 20,30: Veglia di preghiera presieduta da fr. Mauro Jöhri, Ministro generale dei Frati Minori Cappuccini.

4 Febbraio 2016

Roma - San Lorenzo fuori le Mura
ore 7,30: Celebrazione Eucaristica presieduta da fr. Nicholas Polichowski, Ministro generale TOR
ore 11,30: Celebrazione Eucaristica presieduta da fr. Marco Tasca, Ministro Generale dei Frati Minori Conventuali.
ore 18,00: Celebrazione Eucaristica presieduta da fr. Lóránt Orosz, Procuratore generale dei Frati Minori.
ore 20,30: Liturgia penitenziale interobbedienziale presieduta da S. Ecc. Rev.ma mons. Rino Fisichella, Presidente del Pontificio Consiglio per la Promozione della Nuova Evangelizzazione e Delegato pontificio per il Giubileo della Misericordia;
a seguire, trasferimento privato delle reliquie alla chiesa di San Salvatore in Lauro.

Roma - Chiesa di San Salvatore in Lauro
ore 22,00: Celebrazione Eucaristica presieduta da S. Ecc. Rev.ma mons. Rino Fisichella, a seguire veglia notturna.

5 Febbraio 2016

Roma - Chiesa di San Salvatore in Lauro
ore 14,00: Celebrazione Eucaristica presieduta da S. Ecc. Rev.ma mons. Michele Castoro, Arcivescovo di Manfredonia – Vieste – San Giovanni Rotondo, Presidente di Casa Sollievo della Sofferenza e Direttore generale dei Gruppi di Preghiera di Padre Pio da Pietrelcina;
ore 16,00: processione con le reliquie dei due Santi verso la Basilica di San Pietro (i biglietti per partecipare alla Processione saranno disponibili presso la Postulazione generale).

Roma - Piazza San Pietro
ore 17,45: arrivo della processione e accoglienza delle reliquie da parte di S. Em. il Sig. Card. Angelo Comastri, Arciprete della Patriarcale Basilica di San Pietro.
Sul sagrato della Basilica avranno accesso coloro che muniti del biglietto accompagnano più da vicino le reliquie dei due Santi. Per chi non partecipa alla processione è possibile accedere in Basilica già a partire dalle ore 16.00 e qui attendere l'arrivo delle reliquie.

6 Febbraio 2016

Roma - Piazza San Pietro
ore 9,00: Lodi e Catechesi di fr. Raniero Cantalamessa;
ore 10,00: Udienza del Santo Padre per i Gruppi di Preghiera di Padre Pio, il personale di Casa Sollievo della Sofferenza e i pellegrini dell'Arcidiocesi di Manfredonia – Vieste – San Giovanni Rotondo.
ore 17,00: Altare della Cattedra, Celebrazione Eucaristica per i pellegrini dell'Arcidiocesi di Manfredonia-Vieste-San Giovanni Rotondo, presieduta da S. Em. il Card. Angelo Comastri.

7 – 8 Febbraio 2016

Roma - Basilica di San Pietro
Celebrazioni ad orario e venerazione delle reliquie dei due Santi.

9 Febbraio 2016

Roma - Basilica di San Pietro, altare della Cattedra,
ore 6.30 Ingresso del Perugino. I frati muniti di pass (da ritirare qualche giorno prima presso la Curia generale o la mattina stessa all'ingresso) potranno raggiungere l'Altare della Cattedra per la concelebrazione con il Santo Padre, Papa Francesco. Per i sacerdoti portare camice e stola bianca. I concelebranti principali, Vescovi e Ministro generale, avranno le indicazioni in loco.
dopo la Celebrazione, nell'atrio dell'Aula Paolo VI, colazione (possibile presenza del Santo Padre), breve discorso del Ministro Generale e in processione, secondo le indicazioni, passaggio per la Porta Santa.

10 Febbraio 2016

Roma - Basilica di San Pietro
ore 17,00: Celebrazione ed invio dei Missionari della Misericordia da parte del Santo Padre. I Missionari della Misericordia saranno invitati personalmente dal Pontificio Consiglio per la Nuova Evangelizzazione. Per chi volesse partecipare saranno disponibili dei biglietti che saranno distribuiti qualche giorno prima.

11 Febbraio 2016

Roma - Basilica di San Pietro, altare della Cattedra,
ore 7,30: Celebrazione Eucaristica presieduta da S. Ecc. Rev.ma mons. Rino Fisichella. (Per chi volesse concelebrare è necessario trovarsi nella Sacrestia della Basilica per le ore 6.45).

Rome, 8 décembre 2015. La nouvelle porte de la chapelle des reliques.

Tout en craignant la comparaison, certes audacieuse, aujourd'hui 8 Décembre 2015 en coïncidence avec l'ouverture de la Porte Sainte de la Basilique de Saint-Pierre pour le jubilé extraordinaire de la Miséricorde, la chapelle des reliques de la Curie générale s'est enrichie de sa nouvelle porte d'entrée, œuvre d'un artisan de Città di Castello.

Il a beaucoup été écrit au sujet de la Porte ou du Portail d'entrée de chaque cathédrale, mais tout pourrait se résumer en rappelant qu'il s'agit de l'icône du Christ, s'étant proclamé lui-même la porte des brebis:Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé(Gv 10,9).

Il faut préciser que les termes “portail” et “porte”, ont en commun la racine latine porta et en grec πορóς, le terme de passage et signifie également lieu de passage d'une réalité à l'autre, et en même temps, une frontière établissant l'accueil ou l'exclusion.

Dans son œuvre “L'esprit de la liturgie. Les signes sacrés” Romano Guardini (cit de l'édit. Italienne, Brescia 1997, 147), accorde à la porte le rôle de raconter, annoncer et en même temps de proclamer les réalités autres, qui sont au delà, dans le déjà. La porte, “se situe entre l'extérieur et l'intérieur; entre ce qui appartient au monde et ce qui est consacré à Dieu”, écrit Guardini, “en franchissant son seuil, il faut abandonner ce qui n'appartient pas à l'intérieur, pensées, désirs, préoccupations, curiosités, légèretés. Tout ce qui n'est pas consacré, abandonne-le le. Purifie-toi, tu entres dans le sanctuaire”.

La porte n'est pas un simple seuil, elle n'est pas non plus un élément générique ou purement utilitaire, mais un élément de fascination intense au pouvoir symbolique. Elle est un lieu liturgique qui, dans son symbolisme ample et riche établit l'accueil ou l'exclusion: ouverte, elle laisse à l'homme libre accès au Mystère; fermée, elle devient protection pour ceux qui sont à l'intérieur.

En même temps la porte devient la narration d'événements de l'Ancienne et de la Nouvelle Alliance; des événements qui trouveront leur accomplissement dans le Christ, Seigneur de l'univers, du présent et de l'avenir, d'hier et d'aujourd'hui qui est déjà demain. La porte est donc annonce du kérygme parce qu'à Lui, au Christ, appartiennent le temps et l'éternité, la gloire et la puissance pour les siècles sans fin. (Cf. Liturgie du Cierge de la Veillée pascale).

Un patrimoine de foi et d'art est contenu dans la porte et si les matériaux et les formes peuvent changer, comme ils ont changé au fil du temps, le signe doit nécessairement continuer à offrir son sens originel comme élément significatif du Christ, porte des brebis, conformément aux préceptes évangéliques.

Un chrétien en sortie ou une Eglise en sortie, selon la belle expression du pape François, ne peut aller vers le monde si avant tout elle n'est pas entrée mais entrée par la porte des brebis. On ne peut être en sortie si l'on a pas passer le seuil qui conduit au cœur du Mystère du Christ. Le risque, si cela ne se produit pas, est celui d'offrir soi-même au monde ou une idée sociologique de l'annonce et de la libération, quelque chose qui ne vient pas de la foi en Jésus-Christ, qui n'a pas l'amour du Père et ne peut offrir l'espérance qui vient de la vie dans l'Esprit Saint.

La porte nous introduit donc dans le Mystère et nous permet de sortir vers le monde dégageant la bonne odeur du Christ. Entrer et sortir par la porte n'est donc pas un simple fait mécanique mais un lieu théologique qui fait resplendir dans le monde la beauté qu'est le Christ et sa Bonne Nouvelle de l'amour et de la miséricorde de Dieu pour la création, hommes et bêtes.

Introduit au lieu du Mystère par la porte des brebis, cette dernière doit être belle, parce que Christ est non seulement le bon berger, mais il est la beauté même, le beau berger qui conduit à une vraie « folie » du cœur selon une expression de Jean_Paul II dans la Novo Millennio Ineunte et fait tomber amoureux. Parce que seul l'amour déplace et fait vivre!

Fr. Carlo Calloni, ofmcap.

Postulateur général

S'abonner à ce flux RSS