Banner OFMCap FR

Log in
updated 3:36 PM UTC, May 29, 2024

Message de Pâques du Ministre Général

Chers frères, paix et bien à tous.

Durant cette période très intense de notre vie, non pas tant pour ce que nous faisons mais pour le mystère que nous vivons - la Pâque de notre Seigneur Jésus Christ -, certaines paroles me sont venues à l'esprit à plusieurs reprises, certaines indications qui nous viennent des récits présentés par la Parole de Dieu durant ces jours. En particulier, je me suis arrêté pour réfléchir à la situation vécue par Pierre. Il y a beaucoup d'autres personnages qui apparaissent dans ces récits, mais je me suis arrêté pour réfléchir un moment sur lui, en pensant à toute l'histoire de son reniement du Seigneur Jésus. Qui sait comment Pierre a dû se retrouver si enthousiaste, si désireux de correspondre au Seigneur, si fort dans sa promesse au Seigneur qu'il ne le renierait jamais ? Et puis, au bon moment, il se trouve sans le courage de dire : oui, moi aussi, je suis un des siens. La parole de Dieu dit que, lorsqu'il se souvient de ce que Jésus lui avait dit : après que le coq ait chanté... - une, deux, trois fois, peu importe combien de fois-, il se rend compte qu'il l'a renié ! Qui sait comment Pierre s'est retrouvé.

Il en sera sans doute resté inconsolable, d'abord envers lui-même. Parce que son désir de correspondre au Seigneur était authentique, sa décision de dire « Je ne te renierai jamais, je serai toujours à tes côtés » était véridique. C'était vraie ! Et il doit immédiatement admettre que, malgré tout son enthousiasme et son courage, il n'a pas réussi à faire grand-chose, bien au contraire : qu'il a nié de manière emphatique son désir de suivre le Seigneur partout. Mais il aura aussi été très secoué et aura pleuré amèrement non seulement envers lui-même, pour la façon dont il reconnaît ses limites, sa fragilité ; il aura aussi pleuré amèrement la trahison envers son ami qui l'avait sevré du lac, du travail fatigant, parce qu'il voulait faire de lui un pêcheur d'hommes. 

Ces deux situations sont faciles à arriver à chacun de nous. 

Lors de mes visites, j'ai souvent été profondément heureux de voir tant de frères qui vaquent à leurs engagements au jour le jour et qui désirent correspondre au Seigneur. C'est quelque chose qui réjouit le cœur d'un ministre général et qui m'a fait réfléchir ; en priant avec vous dans les différents lieux où je vous ai rencontré, j'ai pu dire : « Regarde Seigneur, combien de bonnes personnes qui tentent de Te suivre avec sincérité ! Accompagne-les, Toi-même ! » Je n'ai aucun doute, je n'ai aucun doute que nous voulons et désirons vraiment bien correspondre au Seigneur ; mais on se rend compte ensuite que, malgré notre volonté sincère et malgré notre engagement, nous ne sommes pas toujours en mesure de... tenir nos promesses, disons-le simplement ! Nous n'y parvenons pas toujours : parfois nous remarquons que, malgré notre engagement, nous aussi, d'une certaine manière, nions cette volonté de faire le bien. Et c'est peut-être la raison pour laquelle nous nous sentons un peu abattus, parfois désillusionnés, un peu épuisés, peut-être même que nous nous sentons mal, car en réalité nous aimons le Seigneur pour tout le bien qu'il nous a fait ; et nous sommes désolés de l'avoir déçu, même par nos choix ; nous regrettons de nous être un peu éloignés de lui et d'avoir agi différemment de la façon dont il enseignait.

Alors, si c’est une question qui peut toucher tout le monde, il faut aussi dire que ce n’est pas le dernier mot ! Ce n'est pas le dernier mot pour la vie de Pierre ni pour la nôtre. En fait, je pense à la façon dont Pierre a dû se sentir énormément plus fort après avoir compris que notre faiblesse même était crucifiée sur la croix. C’est précisément la passion, la mort et la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ qui donnent à notre faiblesse une perspective différente. Nous avons alors envie de nous engager à nouveau, non pas parce que nous comptons sur nos propres forces, mais parce que nous constatons que malgré nos limites, voire nos péchés, le Seigneur continue d'agir. Il les a déjà vaincus ! Sur sa parole, nous pouvons jeter les filets. Jeter les filets chaque jour et se relever de la défaite : le Seigneur nous a pardonné ! Cela a peut-être fait comprendre à Pierre que le Seigneur veut un bien plus grand que notre péché ; cela lui aura fait comprendre que notre limite n'a rien à voir là-dedans. Au contraire, il est crucial que, grâce à l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ sur la croix, nous trouvions le moyen de reprendre chaque jour, de marcher avec force, de ne jamais désister. Au cours de ces six années, combien de fois ai-je eu l'occasion de constater que, malgré les limites caractéristiques de nous frères capucins, et même malgré quelques moments d'erreur, tant était la force de l'action de l'Esprit. Il nous a poussé à trouver de nouveaux modes de vie, à rêver de perspectives d'avenir, pleines d'espoir et d'engagement. C'est l'œuvre de Dieu agissant à travers notre humanité. Et cela nous rappelle de plus en plus combien le Seigneur nous aime vraiment, vraiment bien, et continue de nous aimer et d’envisager pour nous des projets de résurrection. 

Alors, frères, je voudrais vous dire : ne vous arrêtez pas, continuez sur la parole de Dieu. Puissiez-vous apprécier la beauté de voir que le Seigneur agit indépendamment de nos capacités, de nos forces, mais en les utilisant ; ne cédons pas à la tendance à croire que nos activités limitées, même une petite tâche ménagère monotone en fraternité, ne sont pas utiles à la croissance du royaume de Dieu, mais que le Seigneur entre dans toutes les affaires qui nous attendent, dans tout ce que nous sommes appelés à faire et dans notre façon d’être, petite mais riche. Même dans nos défaites, le Seigneur peut entrer et nous dire : « Regardez, la défaite n'est pas une victoire sur ta vie ; la victoire est ma résurrection ».

Merci mes frères, mes vœux sincères à chacun de vous, que ce soit une joyeuse Pâques !

Fr. Roberto Genuin
Ministre Général OFMCap

Video: https://youtu.be/XOHooX_L9Bs?si=s6Vo-KeAPv7WM7aF 

Dernière modification le mercredi, 03 avril 2024 14:45