Ordo Fratrum Minorum Capuccinorum

Log in
updated 12:19 AM CET, Nov 16, 2019

Il les créa homme et femme

Télécharger

"Il les créa homme et femme. Pour un chemin de dialogue sur la question du genre dans l'éducation"

ItalianoInglesePolaccoSpagnoloFrancesePortoghese

 

Cyprien Viet - Cité du Vatican

Document du Vatican sur le genre: soutien au dialogue et refus des idéologies radicales

Le Dicastère en charge des écoles et universités catholiques a publié ce lundi 10 juin 2019 un document intitulé "Il les créa homme et femme. Pour un chemin de dialogue sur la question du genre dans l'éducation". Son objectif est de guider les familles et les éducateurs dans l’approche des transformations profondes qui marquent les relations entre garçons et filles, dans le contexte de la multiplication des études liées à la question du genre.

Le document (lien vers le texte intégral en pdf) dresse tout d’abord le constat d’une «urgence éducative» au sujet des «thèmes de l’affectivité et de la sexualité», en remarquant la diffusion de plus en plus fréquente de parcours éducatifs «véhiculant des conceptions de la personne et de la vie prétendument neutres, mais qui en réalité reflètent une anthropologie contraire à la foi et à la juste raison», dans un contexte de «désorientation anthropologique» qui prétend voir dans la différence homme-femme le simple effet d’un «conditionnement historico-culturel».

La Congrégation pour l’Éducation catholique explique que «la vision anthropologique chrétienne considère la sexualité comme une composante fondamentale de la personnalité, une de ses façons d’être, de se manifester, de communiquer avec les autres, de ressentir, d’exprimer et de vivre l’amour humain». C’est à partir de ce postulat que ce dicastère a élaboré ce document articulé autour de trois verbes : «écouter», «raisonner» et «proposer».

Les études sur le genre remettent en question l’altérité sexuelle

Le document met en lumière la différence entre l’idéologie du genre (appelée aussi aussi gender theory) et les diverses recherches sur le genre (gender studies) menées par les sciences humaines. Tandis que l’idéologie prétend, comme l’observe le pape François, «répondre à des aspirations parfois compréhensibles» mais cherche à «s’imposer comme une pensée unique qui détermine même l’éducation des enfants», il ne manque pas de recherches sur le genre «qui s’efforcent d’approfondir de manière appropriée la façon dont on vit dans les diverses cultures la différence sexuelle entre homme et femme. C’est en relation avec ces recherches qu’il est possible de s’ouvrir à l’écoute, au raisonnement et à la proposition.»

Le document trace un bref rappel historique des évolutions récentes dans les mentalités, au XXe siècle et au XXIe siècle, qui ont progressivement fait émerger l’idée que, «dans les relations interpersonnelles, seule compterait l’affection entre individus, indépendamment de la différence sexuelle et de la procréation, considérées comme négligeables pour la construction de la famille». Le nouveau modèle qui se diffuse correspond à «une vision purement contractuelle et volontariste». Depuis les années 1990 particulièrement, de plus en plus de chercheurs détachent la question du sexe de celle du genre, laissant la voie à une «dimension fluide, flexible, nomade», qui s’exprime notamment dans les thèmes du polyamour et de l’identité queer, qui sont de plus en plus présents dans les médias et dans le monde culturel.

Ces phénomènes, qui pouvaient pourtant sembler marginaux il y a peu, commencent à avoir une traduction juridique : «on en appelle à la reconnaissance publique de la liberté de choix du genre ainsi que de la pluralité d’unions en opposition au mariage entre homme et femme, considéré comme un héritage de la société patriarcale. On voudrait donc que chaque individu puisse choisir sa propre condition et que la société se limite à garantir ce droit, y compris par une aide matérielle, sans quoi on verrait se développer des formes de discrimination sociale vis-à-vis des minorités. La revendication de tels droits est entrée dans le débat politique actuel. Ils ont été accueillis dans plusieurs documents internationaux et insérés dans certaines législations nationales», est-il expliqué.

www.vaticannews.va

Dernière modification le vendredi, 05 juillet 2019 22:26