Ordo Fratrum Minorum Capuccinorum

Log in
updated 1:54 PM CEST, Sep 17, 2019

Vénérable Maria Costanza Panas, clarisse capucine

Maria Costanza Panas

Le 4 octobre 2016, l'Ordinariat des cardinaux de la Congrégation pour les causes des saints a donné un avis positif reconnaissant l’héroïcité des vertus de la Servante de Dieu Maria Constanza Panas (1896-1963), clarisse capucine du monastère de Fabriano. Le 10 octobre, le Saint-Père François a autorisé la Congrégation pour les causes des saints à promulguer le décret s’y rapportant.

Agnese Pacifica Panas est née le 5 janvier 1896 à Alano di Piave (province de Belluno). Ses parents, à la suite de l’industrialisation, n’ont plus de travail artisanal et, en 1902, se voient forcés de migrer aux États-Unis. Ils confient Agnese à son oncle, don Angelo, chapelain à Asiago et plus tard archiprêtre à Enego. Ils reviennent au pays en 1910.  

Dès son plus jeune âge, elle ne se laisse pas aller à l’insouciance. Voici ce qu’elle rappellera : « J’ai toujours cru que la vie est un devoir à accomplir le plus sérieusement possible; c’est une préparation pour quelque chose de plus grand ».

Éduquée avec discipline pour son oncle elle fréquenta l’école primaire des sœurs canossienes de Feltre et de Vicenza et plus tard entra au collège St-Alvise afin de fréquenter l’institut public Nicolò Tommaseo. C’est de cet institut qu’elle obtient son brevet d’enseignante en 1913.Elle commence dès lors à enseigner à Conetta, petit hameau de la commune de Cona (Province de Venise). Là, elle rencontre don Luigi Fritz, qui l’accompagna toute sa vie comme directeur spirituel.Iniziò subito ad insegnare nella frazione Conetta del comune di Cona (Venezia).Depuis elle se met aussi à tenir un journal dans lequel elle raconte sa croissance spirituelle,en arrivant à faire le vœu de la plume : n’écrire pour le reste de sa vie que de Jésus et pour lui.

Après une longue et vive opposition de sa famille, Agnese entre au monastère de Fabriano le 11 octobre 1917.Le 18 avril de l’année suivante, revêtant l’habit de clarisse capucine, elle devient sœur Maria Costanza.

Le 19 mai 1927, à l’âge de 31 ans, elle est élue maîtresse des novices et, le 22 juin 1936, elle deviendra Mère Abbesse.Pendant 16 années consécutives, jusqu’en 1952, Agnese accomplira ce devoir. Pendant plusieurs années, elle accueille ceux qui viennent frapper à la porte du monastère, privilégiant les prêtres, dont quelques-uns deviendront ses fils spirituels, élargissant aussi son apostolat à la grille monastique par une correspondance extérieure soutenue. Son accueil ne donnait jamais l’impression de déranger, sans hâte de quitter, donnant son temps et écoutant avec intérêt, elle les conseillait avec sûreté, redonnant ainsi la sérénité aux gens. Tout cela sans se donner les airs de maîtresse ou de super femme, mais entoute humanité.Ainsi dans ses lettres enseignait-elle à découvrir le sens de certaines situations, spécialement celles touchant à l’aridité ou à la nuit de la foi, avec cette finesse et cette affabilité propres à celle qui a expérimenté de telles purifications et a appris à cheminer dans la foi pure. Aux personnes qui venaient à elle, Agnese enseignait la façon de garder la sérénité et la paix à travers leurs limites et faiblesses et d’avoir de la compréhension pour eux-mêmes.

Après une pause de trois ans, 1952-55, la Servante de Dieu est de nouveau élue Abbesse en 1955. Elle sera confirmée dans ce service par vote presque unanime jusqu’à sa mort en 1963. Dans ces huit dernières années de vie, trois ont été passées au lit, dû la polyarthrite rhumatoïde, accompagnée par une forte asthme bronchique et successivement de phlébites, crises cardiaques et nausées. De plus, elle fut élue sur le Conseil fédéral des Clarisses capucines de l’Italie centrale.

Le 28 mai 1963, « la docteure à la soupe au pain » mourut saintement, entourée de ses sœurs accourues afin de recevoir de l’abbesse, comme d’habitude, les ordres du jour.